Un peu de technique …

Le principe du Funiculaire à contrepoids d’eau …

Rien n’est plus simple que le principe d’un funiculaire à contrepoids d’eau.

Chaque extrémité du câble est attachée à une voiture, l’une montant l’autre descendant, le câble s’infléchit sur une
poulie au sommet du plan.

Les voitures portent une caisse à eau sous leur plancher. A la station supérieure on remplit d’eau la caisse de la voiture
qui va descendre, elle entraîne la voilure montante, et la vitesse est modérée à l’aide d’un frein à crémaillère.

Lorsque l’on dispose d’une quantité d’eau suffisante, et que les charges à remorquer ne sont pas très considérables,
ce système est évidemment le plus simple et le plus économique.

Le frein à crémaillère permet de régler convenablement la vitesse de marche.
On conçoit que la voiture descendante est sollicitée par une force constante, si l’on néglige le poids du câble, et que par suite la vitesse de descente tende à
s’accélérer déplus en plus, au fur et à mesure de la descente.

la spécificité du Funiculaire de Charlannes réside dans le fait que les voitures s’arrêtent dans une gare intermédiaire, a mi chemin entre les gares aval et amont.

Dans cette gare les passagers changent de voiture ! et le rééquilibrage en eau se fait par l’intermédiaire d’un réservoir près de la gare.

 Le frein à crémaillère

Avant 1893, le freinage à pince agissant directement sur le rail de roulement extérieur n’existait pas. On utilisait donc généralement une crémaillère de type Riggenbach  ou Strub.
Une roue dentée présente sur chaque véhicule engrène le rail à crémaillère. Elle est équipée de deux couronnes (situées de part et d’autre) sur lesquelles viennent frotter des sabots pour actionner le freinage.

Le système était utilisé sur les funiculaires à contrepoids d’eau en dehors des freinages d’urgence, pour réguler la vitesse des véhicules à la descente

 

Le premier !!!

Le premier funiculaire à contrepoids d’eau et à crémaillère destiné au service des voyageurs, a été établi en Suisse, sur les bords du lac
de Brienz, au Giessbach, par M.Riggenbach en 1879. Le funiculaire parcourt une distance de 345 mètres avec un dénivelé de 104 mètres entre le débarcadère Giessbach-See et le prestigieux Grand Hôtel.